boutonboutonboutonboutonboutonbouton

Au lieu des «derniers sacrements»
Il me fit appeler; c'était un soir d'automne.
                Dans sa mansarde au froid de loup,
Il grelottait au lit, phtisique et le teint jaune
                Comme une chandelle d'un sou.
Son coffre caverneux râlait comme un vieil orgue,
                Sa peau prenait déjà le ton
Des verdâtres noyés qu'aux dalles de la Morgue
                On voit s'étaler tout du long.
- Mon cher, je vais crever, me dit-il dans un rire
                Qui figea la moelle en mes os,
Pour m'achever, sais-tu, je voudrais un vampire
                Qui d'un baiser vidât mon dos!
Je descendis très-calme, au coin d'une ruelle
                Sifflai le premier blanc jupon
Que j'aperçus flairant un mâle en quête de femelle
                Et lui montrai le moribond.
Quand je l'eus mise au fait de sa besogne sombre
                Je vis se cabrer ses deux seins
Et dans ses regards chauds de nuits folles sans nombre
                Se réveiller ses sens éteints.
Elle se dévêtit, bâilla, fit une pause
                Puis, comme sous un fouet cuisant,
Sur sa babine en feu passant sa langue rose
                Bondit près de l'agonisant!
Lui, sentant à ce Souffle un hurlant flot de lave
                Bouillonner dans ses reins gelés,
Un éclair de rut fou flamba dans son il cave
                Il dit quelques mots étranglés
Et je les vis s'étreindre. Ainsi sur un roc chauve
                Un nud de vipères se tord.
Je sortis, les laissant à leur lutte âpre et fauve.
                Le lendemain, il était mort.
Il gisait pâle et grêle étendu sur sa couche

Jules Laforgue

1ère publication:
Poésies Complètes (Le Livre de Poche) 1970

boutonboutonboutonboutonboutonbouton

bouton